Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 02:18

Nous avons constaté que beaucoup de problèmes sont survenus parce que notre société glisse vers un néo-libéralisme assez hégémonique. Au niveau environnemental, cela est une catastrophe car, les gens riches polluent plus que les gens pauvres (si le reste de la planète vit comme la population occidentale, il nous faudrait au moins 3 planètes). Les inégalités accelèrent la dégradation de l'environnement. C'est pourquoi, la lutte contre les inégalités sociales est une nécessité.

 

Pour autant, je ne suis pas pour une "planification écologique" et cela pour plusieurs raisons :

 

La planification écologique est axée sur la toute puissance régalienne de l'état. C'est un service publique de cet ordre qui a créé le réseau électrique que nous connaissons avec la mise en place de centrales nucléaires, c'est ce service publique qui a créé le réseau de LGV et d'autoroute dans tout le pays.

 

Pour l'énergie, aucune altenative n'a été développée et discutée. Le nucléaire est devenu un lobby d'état imposé. Un mode décentralisé de production d'énergie n'a jamais été à l'ordre du jour (dans ce cas de figure, le nucléaire ne peut pas être utilisé). 

 

Pour les infrastructures de transport, même si certaines sont utiles (en servant à désenclaver certains territoires), elle se sont toutes faites sous le dogme de la croissance et de l'augmentation de la productivité et des échanges. Aucune études réelles sur la justification de la construction de nouvelles infrastructures n'a été à  la base de leurs constructions.    

 

Ces infrastructures se sont faites sans l'avis de la population locale ou même contre l'avis de cette population. La population locale devant se résigner devant "l'intéret général".

 

Souvenons nous que les luttes se font d'abord au niveau local, et cela dans tous les pays. Par exemple, ceux qui combattent l'aéroport notre dame des landes, ceux qui combattent les LGV (pays Basques, val de Suse), ceux qui combattent les gaz de schiste, ou les centrales nucléaires (stop bugey) ou le fameux Larzac, ou le comité anti olympique d'annecy.(pourtant un projet de Sarkosy dans un département à droite)

 

L'avantage qu'ont les porteurs de ces projets, c'est qu'ils ont la presse pour eux : Pour le projet, la presse en parle puisque l'intéret est nationnal ; Mais pour l'opposition, la presse n'en parle pas, car c'est local ou seulement dans celle qui est régionale.  La presse, centralisée a l'excuse toute faite pour ne pas relayer l'information ou pire de la mettre au niveau d'une sous information, comme quelque chose qui venant d'une région, inferiorisait l'importance de l'information et la rendrait secondaire.

 

C'est pourquoi, la toute puissance d'un état centralisé conditionne aussi la presse; la presse nationale devient la seule importante reléguant la presse régionale à traiter seulement des faits divers sans importances. Les sujets de fonds devant être traité seulement par la première.

 

C'est pourquoi, si je suis favorable à un service publique fort, je suis contre son contrôle par l'état sans contre pouvoir fort. D'autre part, une région peut être apte à prendre des décisions importantes sans en avoir à en référer à une quelconque autorité centrale.

 

Car en effet, je crois que maintenant, nous  récoltons les effets pervers de ce productivisme centralisé. La privatisation de ces ensembles s'est fait uniquement par l'intermédiaire d'entreprises géantes, des super multinationales. D'une centralisation d'état, nous avons glissé à une centralisation de lobbies super puissants dont le but n'est plus seulement avoir un monopole sur l'état mais avoir celui du monde. Je prendrais l'exemple de la Générale Des Eaux qui après avoir été le n°1 Français est devenue,( en changeant de nom)  Vivendi puis Véolia, le n°1 mondial de l'eau. 

 

Si la survie du monde est à la décroissance, celle-ci sera liée à une décentralisation forcée basée sur une relocalisation de l'économie et bien sûr sur l'arrêt de tous les méga projets d'infrastructures inutiles. Cette relocalisation passera obligatoirement par une relocalisation culturelle qui sera une redécouverte des liens qui nous unissent et qui sera l'acceptation de la diversité culturelle. La décentralisation, c'est prendre en compte un environnement à taille humaine.   

hist.-savoie-0263_4331.JPG

 

 la préceptorie Antonnienne de St Antoine de Ranvers à l'entrée du val de Suse où se situe une opposition farouche contre une ligne TGV entre Lyon et Turin.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans environnement
commenter cet article

commentaires