Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:55

no-tav 0198 2560Un coût record  : estimation de 2012, par la cour des comptes sans les intérêts : 26 milliards d'euro, de quoi construire 500 hôpitaux ou 1000 collèges ; pour un service qui est loin d'être à la hauteur puisque celui ci, le report modal de la route vers le rails de 700 000 camions peut être fait par la ligne existante entre Lyon et Turin (lien arguments).

 

Après deux ans d'argumentation contre ce projet, les résultats sont positifs : de nouvelles personnes se sont emparées du dossier et sont très très actives, enchaînant conférences, réunions publiques et rendez vous avec les élus.

 

Pourtant, cela avait démarré très mal : il existait en France un consensus pour le Lyon Turin. Et tous parlaient d'une augmentation de trafic sans avoir regardé les vrai chiffres qui eux baissaient depuis 15 ans.

 

Le premier forum européen contre les projets inutiles à Bussoleno dans le val de Suse est passé inaperçu en France, alors que Suse est à quelques Km de la frontière. Et nous étions les seules à représenter l'opposition du coté de la Savoie (lien sur le premier forum contre les projets inutiles).

 

Sur ma propre famille politique, ce ne fut pas facile non plus : si localement j'étais soutenu, en haut lieu on faisait la sourde oreille. Ce fut un combat de 2 années pour qu'enfin EELV prenne une position officielle contre le Lyon Turin.

 

Tout d'abord, je tiens à remercier le travail de la voix des allobroges qui a été le seul média à proposer une information correcte sur les tenants et aboutisants de ce projet (lien).  L'appui de Noel Communod, conseiller régional EELV/MRS mais aussi président du Mouvement Région Savoie a été essentiel. Je souligne son courage, notamment lors de la manifestation du 3 décembre à Lyon. (lien sur la manif du 3 décembre à Lyon).

 

 

 

L'action du Mouvement région Savoie a été déterminante pour convaincre EELV du bien fondé de l'opposition à cette ligne. Rappelons que cette opposition est factuelle, basée sur des chiffres. C'est pour cela que Dominique Dord, député UMP d'Aix les Bains, ancien trésorier de l'UMP, qui etait auparavant un grand soutien du Lyon Turin est devenu aussi un opposant. (lien vers son blog qui explique ses motivations)

 

C'est aussi grâce au Mouvement région Savoie que les associations ont pu avoir les vrai chiffres : (Lien).

 

Localement, s'opposer au Lyon Turin, c'est aussi préserver mais surtout dynamiser la ligne historique actuelle qui est un atoût économique et culturelle pour le Sud du Bugey d'Ambérieu à Culoz.

 

Atoût économique car elle relie cette région avec l'Italie et la Suisse et culturel car elle rapproche le centre de Genève qui est une ville pour la culture de dimension internationale avec le sillon haut rhôdanien. 

 

C'est aussi préserver une infrastructure "mauriennaise". Un Lyon Turin ne déservira pas toutes les gares et même saint Jean de Maurienne est en sursit (si il faut gagner du temps entre Paris et Milan, la plupart des arrêts intérmédiaires seront supprimés à commencer par les plus petites gares ; et les plus petites sur le trajet sont Suse et Saint Jean de Maurienne).

 

La maintenance ne pourra pas à terme être faite sur deux infrastructures et la ligne historique disparaîtra avec son démantellement.

 

Au contraire de développer l'économie en Maurienne, le Lyon Turin risque d'achever son tissu économique qui est  agonisant et qui a besoin au contraire d'une revitalisation.

 

Pour finir, si l'europe accorde sa subvention à cette ligne, soit environ 4 milliards d'euro, c'est la somme qui est en moins dans la subvention de la PAC...ou celle qui n'existe plus pour le social...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article

commentaires