Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 12:32

Je suis vraiment indigné de voir la manipulation de la part des complotistes, eux mêmes qui dénoncent qu'on nous cache sans arrêt quelque chose. Un de ses exemples est la photo retouchée d'une manifestation de pilote dans laquelle on a remplacé les slogans des pilotes d'avions par des images illustrant des chemtrails.

 

L'astuce est très bonne car la figure du pilote d'avion, très respectée (d'un point de vue déjà professionnel car ils travaillent dans les airs) force à convaincre de la présence de chemtrails. Mais je suis aussi en colère contre ceux qui diffusent ces fadaises et qui sont moins innocents qu'ils ont en l'air.

 

En effet, le complotisme devient une posture idéologique avec un objectif d'idéologie politique. Pour connaître cette idéologie, il faut simplement faire la liste des complots que ceux-ci dénoncent et les analyser ; puis les mettre en parallèle avec ce qu'ils ne dénoncent pas où les sujets sur lesquels ils sont très silencieux.

 

Il suffit de faire le parallèle par exemple entre la dénonciation des chemtrails et l'absence de dénonciation du trafic aérien et le silence sur la pollution que le trafic aérien induit

 

Cela va même plus loin puisque l'existence des chemstrails amène à nier l'existence du réchauffement climatique. En gros, avec les chemtrail, c'est un gouvernement ou un ordre supra gouvernemental qui modifierait notre climat. Et bien entendu, l'idée du réchauffement climatique est faite uniquement pour masquer les conséquences des chemtrails.

 

Cela amène d'un point de vu idéologique au contraire de l'écologie et à décridibiliser l'écologie. Et ce fait mérite d'être souligné puisque c'est en effet un des objectif de la propagation de ces hoax.

Image originale de la manifestation des pilotes

Image originale de la manifestation des pilotes

Image retouchée pour faire croire que les pilotes maifestent contre les chemtrails;

Image retouchée pour faire croire que les pilotes maifestent contre les chemtrails;

Cette absence d'écologie est aussi visible dans l'absence d'un autre thème fondamental de l'écologie politique : le nucléaire. Avec en corrélation quelques attaques sur les énergies renouvelables. L'absence de critique sur le nucléaire va en effet de paire avec le silence sur les énergies renouvelables et la promotion des « énergies libres ». La diffusion de l'idée de « l'énergie libre » en l'associant de fait avec les énergies renouvelables, en en faisant « l'énergie renouvelable suprême » va décrédibiliser à terme les énergies renouvelables que sont le solaire, l'éolien ou le géothérmique. Que ce soit à la fois dans le fait qu'on peut mieux faire avec les énergies libres -- donc qu'il n'est pas nécessaire de passer par les énergies renouvelables-- mais aussi dans le fait contraire que comme l'énergie libre, ça ne marche pas, cela est aussi valable pour les énergies renouvelables, un truc de rêveur new-âge.

 

Il suffit aussi d'analyser les autres thèmes chers aux complotistes et nous pourrons avoir une vision très proche de leur idéologie.

 

Un de leur thème centraux est évidemment le rejet de l'Europe en mêlant l'idée de l'Union européenne avec le mondialisme économique. Là aussi le surnaturel arrive en force avec la mention du groupe bildenberg, l'ordre mondial et les francs-maçons.

 

C'est évidemment pour faire un contre poids à ce mondialisme économique que l'Europe existe. Mais le poids économique et la concurrence économique de plus en plus importantes des grands pays mondiaux n'est là aussi jamais mentionnée.

 

L'Europe est en plus un exutoire facile qui a été utilisé massivement par les hommes politiques français pour se disculper ou rejeter leurs fautes sur quelque chose qui ne pouvait pas répondre. En effet, l'Europe c'est aussi nous, mais dans les propos des complotistes et des hommes politiques français, l'Europe devient quelque chose d'extérieur. Il prend l'aspect d'un envahisseur.

 

Évidemment, là aussi, il faut souligner avec la critique de l'Europe, l'absence de critique sociale et du rapport de force entre employeurs et employées. Ce qui évidemment place les « comploteurs » sur la droite de l'échiquier politique. Il faut aussi souligner l'absence d'explication sur le fonctionnement de l'Europe. Personne n'a mis en cause le rôle des Euro-députés FN dans l'approbation des lois favorisant les lobbys et détruisant l'écologie. Comme personne n'a fait allusion au travail des députés écologistes dans leur luttes permanente contre les OGM. Personne non plus n'a fait la corrélation entre la baisse des effectifs des écologistes dans l'assemblée européenne, la montée des eurodéputés d'extrême droite et l'arrivée de lois anti-éclogistes au parlement européen.

 

La monté de politiques anti-écologistes va même servir à la propagande anti-européenne en désignant « l'Europe » comme unique responsable de ce fait avec derrière elle bien sur, le groupe bildenberg, le nouvel ordre mondial et les francs-maçons. Group Bildenberg, Ordre mondial et francs maçons servant aussi à faire écran sur les luttes politiques en cours.

 

Donc contrairement à l'esprit de révolte qui est mise en avant par les réseaux complotistes, les hoax et la diffusion de leur idéologie tend à annihiler toute remise en question et toutes alternatives qu'elle soit politique, sociale ou économique.

 

Par exemple en économie, le fait de dire que « la finance gouverne le monde », évidemment en rajoutant bildenberg, l'ordre mondiale ou les francs maçons, empêche l'action à taille humaine qui est nécessaire à la fois pour se rassembler afin de travailler pour un projet commun, mais aussi pour faire changer les choses localement et régionalement. Cela occlut le fait que l'économie est aussi en grande partie locale et régionale ; et que cette économie est aussi liée à la politique locale et régionale.

 

Cette absence de révolte et d'alternative s'est paradoxalement retournée contre eux et est bien illustrée par un mouvement appelé « mouvement du 14 juillet ». Ce mouvement qui baignait dans le complotisme avait pour but une révolution qui s'apparentait en réalité à un coup d'état. Malgré une notoriété importante dans les réseaux sociaux et un soutien financier assez conséquent qui aurait pu faire craindre le pire, ils n'étaient que quelques dizaines à essayer de faire la révolution ce 14 juillet 2014 à Paris. Malgré tout, le ridicule ne tue pas et les sympathisants de ce mouvement ont toujours l'impression d'être légitime et de représenter le peuple.

 

Le mouvement du 14 juillet, de part son nom et ses revendications représente bien aussi un aspect qu'on tous les groupes, partis et mouvement complotistes : Ils sont tous souverainistes. L'exemple le plus flagrant est l'UPR d'Asselineau dont le combat essentiel est contre l'Union européenne. Mais Asselineau est loin d'être le seul : Soral, Etienne Chouard, le mouvement du 14 juillet, Sylvain Baron, le M'pep sont tous souverainistes sans exceptions.

 

Donc les hoax, loin d'être des messages anodins sont en réalité les vecteurs brutaux d'une idéologie politique très conservatrice et réactionnaire basée sur le mensonge et la manipulation. Leur but est d'anéantir tout esprit critique et toute véleité de changement. La retouche d'image sur la manifestation des pilotes montre bien le degré de perfidie de ces manipulateurs d'opinions.

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 19:22
Communiqué de presse d'Initiatives Démocratiques Savoie sur les énergies renouvelables

Je publie le communiqué de presse sur les énergie renouvelable qui a été rédigé suite à la votation suite sur la stratégie énergétique 2050.

 

Communiqué de presse Initiatives démocratiques Savoie

du 22 mai 2017

 

Initiatives démocratiques Savoie salue le résultat de la votation Suisse n°612 du 21 mai 2017 sur la stratégie énergétique 2050 qui s'est montrée en faveur des énergies renouvelables et pour l'abandon définitif de la production énergétique nucléaire.

 

Nous profitons du résultat de cette votation pour interpeler le gouvernement et le peuple français pour une politique de soutien au développement des énergies renouvelables et un abandon progressif du tout nucléaire. En effet, la politique énergétique française pensée de manière centralisée handicape de fait l'économie de la Savoie et du Bugey.

 

La Savoie a été longtemps leader dans les énergies renouvelables : Il suffit d'évoquer les grands barrages des Alpes, mais aussi la centrale électrique solaire des Monts au dessus de Chambéry. Celle-ci a été longtemps la plus grande centrale solaire de France. Il faut aussi et surtout parler de l'INES (Institut National de l'énergie Solaire) qui est située à Technolac au Bourget du Lac et de mentionner les nombreuses entreprises innovantes dans le secteur du renouvelable.

 

Cette avance dans ce secteur économique a malheureusement été entravée par la concurrence déloyale du nucléaire français qui est subventionné totalement par de l'argent public. La filière du renouvelable en Savoie et dans l'Ain semble donc faire les frais d'une politique nationale centralisée du tout nucléaire.

 

Il est incroyable de penser que un des fleurons de la France dans les énergies renouvelables, CLIPSOL est entrain de fermer . Cette entreprise suit le même sort que Photowatt située en Isère, pas loin de la Savoie. C'est donc toute une filière qui se trouve en difficulté paradoxalement dans un contexte favorable au niveau mondial pour les énergies renouvelables.

 

Le paradoxe est d'autant plus grand, que nos voisins d'Allemagne et d'Italie ont arrêté ou vont arrêter l'énergie nucléaire (Italie 1986, Allemagne 2022) et sont donc en recherche de solutions pour les énergies renouvelables. Par sa situation géographique, au cœur de l'Europe, près de l'Allemagne et de l'Italie, la Savoie a donc un immense marché potentiel pour le renouvelable sans compter évidemment, la Suisse qui rejoint aujourd'hui ce marché. Il serait irresponsable de ne pas s'y préparer dès maintenant afin de construire les emplois de demain.

 

Enfin, il est important de rappeler la menace que fait peser la centrale du Bugey sur l'Ain, la Savoie mais aussi sur les cantons Romands. Celle-ci n'est peut être pas anodine dans le rejet important à plus de 70% du nucléaire par les cantons voisins de la france (Genève et pays de Vaud).

 

Emmanuel Coux

Porte parole d'Initiatives Démocratiques Savoie pour la candidature de Marina Chélépine et Thierry Dupassieux (suppl.).

 

Liens :

Carte des résultats canton par canton :

http://www.swissinfo.ch/eng/mai-21_vote-results--energy-act/43084242

listes des % et du nombre de voix détaillées par canton :

https://www.admin.ch/ch/d/pore/va/20170521/det612.html

Article de 24heures :

http://www.24heures.ch/suisse/direct-suivez-resultats-votations/story/1421967

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique environnement nucléaire
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 21:24
La Savoie, histoire d'une construction

Initiatives démocratiques Savoie est le fruit d'une rencontre entre des citoyens, des régionalistes, des fédéralistes, des écologistes et des personnes surtout qui veulent faire avancer la Savoie, des personnes qui veulent lui redonner sa place dans l'Europe.

 

Faire avancer la Savoie, c'est d'abord la comprendre ; comprendre sa géographie, son économie, sa culture ; mais aussi comprendre les mutations en cours de manière à anticiper les enjeux de l'avenir.

 

Avant toute chose, il est important de se pencher sur l'histoire de Savoie. Connaître notre passé nous permet de comprendre le présent et d'appréhender l'avenir.

 

1- l'histoire de Savoie

 

La Savoie a été avant tout une construction de la Maison de Savoie qui commence en l'an 1000. Comprendre comment celle-ci s'est installée sur ce territoire c'est savoir quelles ont été les facteurs qui vont créer cette entité territoriale.

 

Avant la Maison de Savoie, sur le même territoire, nous avons un royaume, le royaume de Bourgogne. Celui-ci est cohérent géographiquement, économiquement et spirituellement car il est axé sur la vallée du Rhône, de la Suisse Romande à la mer. Ce royaume n'a pas grand chose à voir avec la Bourgogne actuelle. Ses grandes villes sont Lyon, Vienne, Arles et Lausanne. Le nom de Bourgogne vient des Burgondes qui se sont installés en « Sapaudia » (la futur Savoie) en 443.

 

Ce royaume va être légué par le roi Rodolphe III à l'Empereur du Saint Empire Romain Germanique Conrad II en 1032. Humbert au blanche main, le premier ancêtre connu de la Maison de Savoie, va aider l'Empereur à récupérer son héritage et recevoir en contrepartie la Maurienne.

 

La Maison de Savoie va petit à petit former une principauté sur un royaume de Bourgogne qui se morcelle. Les deux raisons principales qui sont à l'origine de cette émergence, c'est tout d'abord le changement des voies commerciales, puis l'effondrement de la puissance du Saint Empire romain germanique.

 

Les voies commerciales qui suivaient la voie fluviale rhodanienne Nord Sud pendant le haut moyen-âge disparaissent au profit d'un trafic(Sud) Est- (Nord) Ouest par les Alpes pendant le bas moyen-âge. C'est l'émergence de Venise et de Gênes qui contrôlent le commerce méditerranéen.

le royaume de Bourgogne en l'an mil

le royaume de Bourgogne en l'an mil

La Maison de Savoie se posera donc en « Portier des Alpes » substituant les faibles revenus d'une agriculture pauvre et difficile de montagne par les revenus de la route.

 

A la fin du XIV e siècle, une conjoncture de divers facteurs, va déplacer les grandes foires européennes de Champagne et de Châlon-sur-Saône vers Genève. Ces grandes foires de Genève seront un des plus grand rendez vous commerciale et financier d'Europe. Ce n'est donc pas un hasard si cette période est celle où la Savoie connait sa plus grande apogée. En effet, le souverain de Savoie, Amédée VIII, réalise une grande expansion territoriale et est élevé au rang de duc par l'Empereur Sigismond en 1416.

 

Maintenant jetons un coup d'œil sur l'importance commerciale et géographique de Genève. Cette ville est à un carrefour de l'Europe. Par la Cluse de Nantua et Bourg en Bresse, elle était reliée au royaume de France. Le Sillon Alpin, Rumilly, Seyssel ou Chambéry permettait de rejoindre la basse vallée du Rhône et notamment Arles, Avignon et Marseille. Du plateau Suisse, deux routes étaient possibles : Celle du Rhin qui menait à Francfort, Cologne puis Bruges et Anvers et celle de l'Allemagne du Sud avec les villes commerçantes de Bavière et de Franconie comme Augsbourg, Ulm, Nördlingen, Munich, Nuremberg puis Prague, Cracovie ou Vienne. Par Annecy, le Petit Saint Bernard et par le Grand Saint Bernard, les marchands venaient de Gênes, Venise, Bologne, Florence et Milan.

Duché de Savoie après 1427.

Duché de Savoie après 1427.

Genève est une ville qui va passer de 2000 habitants en 1370 à 10 000 habitants en 1450. Et cela dans un contexte européen de crise démographique majeur. Ce fait montre la prospérité de la ville. Chambéry, la capitale de la Savoie, passe pendant la même période, de 6000 à 3500 habitants.

 

Le déclin des foires de Genève, concurrencée par celle de Lyon, mais surtout concurrencée par la modification des courants économiques qui font suite aux grandes découvertes, ne sera pas pour rien dans la crise que traverse la Savoie à la fin du XV e siècle et au XVI e siècle et au déplacement de son centre de gravité vers Turin.

 

Une des conséquence de cette crise est que Genève, de ville ouverte, est devenu une ville fermée, la citadelle du calvinisme. Coïncidence ? Calvin prend le contrôle total de la ville en 1555, année de la disparition des grandes foires de Genève. Cette fermeture s'est concrétisé matériellement par la construction de puissantes murailles autour de la ville, objet de tous les soins par les autorités de la république de Genève. Celle-ci, disparaitront seulement au XIX e siècle sous l'impulsion du radical (socialiste) James Fazy qui souhaite ouvrir de nouveau cette ville.

 

L'ouverture de Genève va se poursuivre au XX e siècle grâce tout d'abord à son aéroport qui permet à des institutions comme l'ONU de se fixer dans cette ville, facile d'accès. La Suisse va être aussi moteur dans la création de l'AELE (Association Européenne de Libre Échange) en 1960 organisation créée pour concurrencer l'ancêtre de l'Union Européenne, la CEE. Genève abritera d'ailleurs le secrétariat de cette organisation.

 

Si l'AELE et la CEE sont à l'origine de poids égales, le basculement de la grande Bretagne suivi du Danemark en 1973 donnera un net avantage à la CEE et entrainera à sa suite le Portugal. Dans les années 90 est proposé une structure permettant progressivement d'inclure les derniers membres de l'AELE : l'EEE. La Finland, la Suède et l'Autriche eux, entrant directement dans l'Union Européenne.

La tour de l'île est le seul vestige subsistant du château des comtes de Savoie à Genève

La tour de l'île est le seul vestige subsistant du château des comtes de Savoie à Genève

Mais en 1992, la Suisse refuse son intégration dans l'EEE (Espace Economique Européen), sorte de superstructure permettant à l'AELE faire partie de l'Union européenne. La Suisse sera malheureusement le seul pays de l'AELE a refuser cette intégration. Ce refus est dû essentiellement aux cantons alémaniques qui ont voté à 70% contre, alors que la Suisse romande votait à 80% pour l'intégration à l'Union européenne. Les votations suivantes continueront de montrer un clivage important entre les cantons alémaniques et les cantons francophones concernant les rapports avec l'Union Européenne.

 

Cependant, cette intégration se fera quand même grâce à des accord bilatéraux qui permettent à la Suisse de rentrer dans l'espace Schengen. Cela permettra de faciliter les échanges et notamment soit le travail, soit la résidence dans le pays voisin. De ce fait, Genève se métropolise. On parle alors d'Agglomération Franco-Valdo-Genevoise, puis de Grand Genève. Certain vont même jusqu'à anticiper une grande région comprenant la Savoie, L'Ain, Genève et le canton de Vaud comme l'ancien maire de Genève, le radical (Socialiste) Claude Haegi.

 

En effet, la fin du XX e siècle va de nouveau faire découvrir à la Savoie, son histoire, et qu'elle est au cœur de l'Europe, liée de très près à Genève et au pays de Vaud. Cette ouverture va lui donner une nouvelle dynamique économique.

 

Cependant, malgré cette dynamique économique, le chemin vers l'ouverture institutionnel et le rapprochement semblent bouché. Les différents référendums en Suisse bloquent chaque avancée vers une ouverture et contraigne même au rétablissement d'une frontière étanche. En France aussi, le souverainisme gagne du terrain au détriment d'une ouverture sur l'Europe et un fédéralisme salutaire.

 

Cependant, seule une autonomie régionale liée à fédéralisme au niveau européen et à un rapprochement avec la Romandie permettront de grandes avancées

Le château de Chillon dans le pays de Vaud est le château savoyard le mieux préservé

Le château de Chillon dans le pays de Vaud est le château savoyard le mieux préservé

2e partie : économie et voie de communication

Grand Genève : Le grand Genève, malgré ses détracteurs devient de plus en plus une réalité économique et sociale. C'est avant tout, le pivot de deux conurbations : celle de Lausanne-Genève et celle du Sillon Alpin. C'est aussi la jonction avec une voie Est-Ouest matérialisée par l'autoroute blanche de Bourg en Bresse au Val d' Aoste via Bellegarde, Saint Julien, Annemasse et le Faucigny. C'est pourquoi la partie française, loin d'être une banlieue de Genève est aussi un de ses nouveau centre à prendre en compte.

 

La construction du CEVA est une avancée nécessaire et doublement intéressante à la fois pour relier ce nouveau centre mais aussi pour palier au manque d'infrastructure sur ce lieu. Le Ceva se doit d'être prolongé jusqu'au moins Bonneville par un tram-train afin de relier de manière directe la vallée du Faucigny avec Genève, mais aussi proposer une alternative au tout voiture. Réhabiliter la voie ferrée et  proposer un accès plus direct vers Genève aux habitants d'Annecy et Rumilly par des intercités réguliers.

 

Une deuxième jonction entre le sillon alpin et une voie Est-Ouest mérite d'être évoquée, c'est celle qui passe par Chambéry et qui relie Lyon à Turin, matérialisée à la fois par l'autoroute, mais aussi par la voie ferrée existante. La traversée routière des Alpes est devenu problématique à cause de l'augmentation de la pollution. Un transfert modal de la route vers le rail sur la ligne existante est possible.

 

L'autre infrastructure importante est l'aéroport de Genève. C'est à la fois un outil essentiel pour la communication pour tout l'espace des Savoie du Bugey, du pays de Gex et du pays de Vaud, mais aussi l'objet de gros problèmes puisqu'il est saturé, avec une quasi impossibilité d'extension et qu'il cause une énorme pollution. Le développement du Low cost et l'installation de la compagnie Easyjet qui en a fait un de ses principaux hub a aggravé ces problèmes.

 

Au niveau bancaire, le Brexit avait ouvert une formidable opportunité pour Genève de remplacer la City de Londres. Malheureusement Genève ne fait pas partie de l'Europe et le marché de la City sera finalement partagé entre Paris et Francfort. L'adhésion à L'union Européenne permettrait d'en avoir au moins une partie, ce qui n'est pas négligeable dans un contexte où les paradis fiscaux sont de moins en moins acceptés par l'opinion.

 

Cette inquiétude sur le secteur bancaire est justifié. C'est grâce à lui, indirectement il est vrai, que 100 000 frontaliers peuvent travailler à Genève et dans le pays de Vaud rapportant l'équivalent du revenu de 500 000 personnes entre l'Ain et la Savoie

réseaux autoroutiers et conurbations

réseaux autoroutiers et conurbations

Tourisme : Le tourisme est un secteur emblématique de la Savoie. C' est une des plus grande industrie des deux départements de Savoie et de Haute Savoie notamment l'industrie des stations de ski. Cependant celui-ci est exposé au réchauffement climatique. De plus, il ne propose pas un modèle écologique viable.

 

L'industrie de la neige ne profite que partiellement aux populations locales. L'activité immobilière qui en découle génère une surconsommation foncière, une faible rentabilité par nombre de lits (contrairement au modèle autrichien) et une pénurie du logement pour les habitants permanents.

 

Il est donc nécessaire d'anticiper un changement important et de se reporter vers un tourisme doux incluant notre patrimoine naturel et historique. Faciliter notamment la venue des touristes Suisses vers les villes et villages de Savoie et de l'Ain. Donner envie de les découvrir. Mais aussi permettre aux habitants de l'Ain et de la Savoie de profiter de la richesse de l'offre culturelle genevoise et vaudoise. Faciliter l'accès des savoyards français vers les expositions et manifestations culturelle, mais aussi vers les musées genevois pour approfondir notre culture commune : Le peintre Konrad Witz, dont le tableau "la pêche miraculeuse" est exposé au musée d'Art et d'histoire de Genève, est celui qui représente le mieux cette culture commune liée à l'espace européen.

 

Konrad Witz est un peintre emlématique de l'histoire de l'art puisqu'il représente la transition entre le gothique et la renaissance, la transition entre le moyen-âge et l'époque moderne. Son tableau, "La pêche miraculeuse" est le premier tableau de l'histoire à représenter un décors réel. Ce décor est un paysage familier de Savoie, puisque c'est celui de la rade de Genève avec en arrière plan les sommet du Genevois et du Faucigny.

 

Le style Gothique international convient bien pour un peintre comme Konrad Witz qui est né en Souabe (à Rothweil) et a fait sa carrière à Bâle et en Savoie. En effet, il avait été attiré par le concile qui se déroulait à Bales et qui promettait alors des embauches dans le domaine de l'art. C'est devenu ensuite un des peintre d'Amédée VIII et son tableau, "la pêche miraculeuse" faisait partie d'un ensemble qui formait un retable qui était exposé au chœur de la cathédrale de Genève. L'ensemble des tableaux formait un outil de la promotion pour la bonne gestion de la ville de Genève par le duc de Savoie.

 

La pêche miraculeuse de Konrad Witz

La pêche miraculeuse de Konrad Witz

Agriculture : L'agriculture est très liée au tourisme. C'est un des axes majeurs pour la préservation des paysages et des protection contre les risques d'éboulements et d'avalanches. Le déclin de l'agriculture en montagne a tendance à transformer les prairies et les champs en forêts uniformes. Si c'est une perte pour la biodiversité, c'est aussi une perte pour nos paysages qui perdent des teintes verts clairs et deviennent austères. Cela aussi rend fragile les sols et cela à un coût plus important pour la collectivité. C'est pourquoi il est nécessaire de revaloriser cette agriculture. Cela passe par un soutien fort vers le développement du 2nd pilier de la PAC et à un renouvellement des dispositifs Leader et Feder.

 

Les reliefs cependant obligent la Savoie à ne pas avoir une grosse agriculture productiviste. Nos atouts sont de bénéficier d'un nombre important de micro-climats (nous connaissons le climat méditerranéen de Brison Saint Innocent mais beaucoup moins celui de Saint Michel de Maurienne où les amandiers peuvent pousser). Nous pouvons donc développer toute une gamme de produits à forte valeurs ajouter qui compensent un cout d'investissement important d'aménagement des parcelles dû au relief.

 

Décolletage et industrie : Notre industrie perdure car notre culture propre est basée sur des savoir-faire techniques et sur une agilité liée à un esprit plus germanique et déconcentré que dans le reste de la France. «Savoyen ist eine gescheiterte Schweiz» («La Savoie est une Suisse qui n'a pas réussi»).

 

La force de nos PME est de s'adapter au marché. La situation de la Savoie, au cœur de l'Europe, permet une facilité d'échange et augmente de ce fait les part de marché de nos PME. Ce qui les rend plus compétitives.

 

L'objectif est aussi de prendre le virage du recyclable et de l'économie circulaire plus économe en énergie et en matière première. De créer une industrie et des modes de consommation plus vertueux et plus respectueux de notre environnement.

 

Énergie : La Savoie a été longtemps leader dans les énergies renouvelables : Il suffit d'évoquer les grands barrages des Alpes, mais aussi la centrale électrique solaire des Monts au dessus de Chambéry a été longtemps la plus grande centrale solaire de France. L'INES (Institut National de l'énergie Solaire) est elle, située à Technolac au Bourget du Lac. Là aussi, il est encore indispensable d'évoquer nos voisins d'Allemagne et d'Italie qui ont arrêté l'énergie nucléaire et sont donc des pays en recherche de solutions pour les énergies renouvelables. Donc un immense marché potentiel sans compter la Suisse qui devrait les suivre.

 

Il est incroyable de penser que un des fleurons de la France dans les énergies renouvelables, CLIPSOL est entrain de fermer . Cette entreprise suit le même sort que Photowatt située en Isère, pas loin de la Savoie. C'est donc toute une filière qui se trouve curieusement en difficulté paradoxalement dans un contexte favorable au niveau mondial pour les énergies renouvelables. Cette filière semble faire les frais d'une politique nationale du tout nucléaire.

 

Nous pouvons aussi évoquer l'énergie bois dans le développement des énergies renouvelable en lien avec la gestion de nos forêts.

.

Conclusion : La Savoie, est une entité territoriale en construction. C'est à la fois un bassin de vie mais aussi un territoire à la croisée de plusieurs axes de circulation. Sa position sur les frontières des états nations et au centre de l'Europe est un atout économique mais fonde aussi sa particularité culturelle.

 

Tout cela amène aussi à une réflexion sur les politiques publiques en Savoie : celles-ci sont extraordinairement sous dimensionnées, par rapport à l'activité de ce territoire : pas de région administrative, pas d'académie,....

 

De plus, la difficulté de circulation dû au relief entrainent des besoins spécifiques de services de proximité certe onéreux, mais nécessaire au maintien du tissu social dans les vallées.

 

Nous soulignons en outre la difficulté de gérer le grand Genève, zone métropolitaine qui se trouve coupée dans deux pays dont un ne fait même pas partie de l'Union Européenne. La réflexion de l'ancien maire de Genève Claude Haegi qui avait évoqué la création d'une entité territoriale régionale transfrontalière sur la Savoie, l'Ain et le Léman mériterait d'être, de ce fait, approfondie.

La Savoie, histoire d'une construction
Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique environnement
commenter cet article
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 12:03

J'ai rédigé pas mel d'articles dans différents supports. Voici ceux que l'on peut trouver sur le web (et que j'ai pu retrouver) :

 

sur le revenu de base :

C'est une idée ni de droite, ni de gauche. Le revenu de base permet de déconnecter l'actvité avec le revenu.  Ce revenu de base déconnecterait l'activité du revenu. Nous avons tous besoin d'un revenu pour vivre. Actuellement les productivistes connectent le revenu à l'emploi. Malheureursement, avec l'augmentation de la productivité, il est nécessaire pour eux d'avoir une croissance qui permette de créer de nouveau emplois pour remplacer ceux qui ont été détruits. La croissance ne peut être infinie dans un monde fini. Nous avons déjà une surexploitation des ressources qui entraine des déséquilibres important au point de vue environnementale Il permet donc d'avoir une économie plus saine

http://revenudebase.info/2013/09/22/revenu-de-base-une-solution-pour-les-retraites/

Le revenu de base permettrait l'accès au monde politique pour le plus grand nombre, notamment pour ceux qui actuellement font parties des classes laborieuses :

http://revenudebase.info/2013/12/15/outil-democratiser-politique/

Une interview sur la voix des allobroges :

http://www.lavoixdesallobroges.org/societe/674-interview-emmanuel-coux-sur-le-revenu-de-base

 Sur le fait que l'on doit placer nos valeurs sociales sur un autre paramètre que celui de l'accumulation de devises :

http://www.mesdebats.com/economie/700-pour-ou-contre-un-revenu-minimum-universel-dexistence/61183-la-reussite-sociale-ne-doit-plus-etre-synonyme-daccumulation-de-biens-materiels

 

Sur la transition énergétique :

http://www.mesdebats.com/local/18-nantes-pour-ou-contre-laeroport-de-notre-dame-des-landes/39627-la-transition-energetique-passe-aussi-par-un-abandon-des-grands-projets-inutiles

Le nucléaire est subventionné à 100% par de l'argent publique :

http://www.mesdebats.com/planete-sciences/23-faut-il-sortir-du-nucleaire/65263-les-subventions-pour-le-nucleaire-nuisent-a-notre-politique-energetique

Sur le gaz de schiste et la protection des zones karstiques :

Les combats contre les exploitations d'hydrocarbures semblent avoir été entendu. Il est important cependant de la rappeler et de rappeler le contexte géologique local. Il est important aussi de la mettre en rapport avec l'économie et de démontrer que le discours qui dit que l'exploitation d'hydrocarvbure créé de l'emploi est complétement faux. Ce serait plutôt le co,traire. 

http://stopforagesbugeysud.unblog.fr/2013/08/02/lexploitation-dhydrocarbure-en-bugey-vecteur-de-destruction-demplois/

http://stopforagesbugeysud.unblog.fr/2012/12/11/leau-dans-le-bugey-en-danger/

 

Sur le Lyon Turin :

Le Lyon Turin est l'exemple même de l'infrastructure inutile basée sur une croissance infinie de l'économie. Mon premier article montre que le repport modal est possible sur la ligne actuelle qui vient d'être rénovée. Ce que j'ai essayé de démontrer aux journalistes d'Euronews (voir la vidéo)

http://www.mesdebats.com/local/532-pour-ou-contre-la-liaison-tgv-lyon-turin/23885-le-report-modal-est-possible-sur-la-ligne-actuelle-et-le-trafic-routier-est-en-baisse

Ici je démontre que localement et globalement sur le long terme, le Lyon Turin détruira plus d'emplois qu'il n'en créé. Les exemples du Gothard me confirme cette hypothèse.

http://www.mesdebats.com/local/532-pour-ou-contre-la-liaison-tgv-lyon-turin/33283-le-lyon-turin-vecteur-de-destruction-de-leconomie-locale

autres articles sur le Lton turin qui ne sont pas de moi :

J'ai été interviewé par plusieurs journaux sur le thème du Lyon Turin. Voici l'article de la Repubblica (en Italien)

http://inchieste.repubblica.it/it/repubblica/il-venerdi/2012/03/21/news/tav_francia-31965058/

Et un autre article sur les évenement du 3 décembre à Lyon (voir aussi la vidéo)

http://www.wallstreetitalia.com/article/1467361/tav-manifestazione-a-lione-polizia-circonda-no-tav.aspx

Vidéo :

Sur la manifestation du 3 décembre

https://www.youtube.com/watch?v=KtRDIDBWWjQ

Sur Euronews :

https://www.youtube.com/watch?v=zigpUuL3N64

 

Sur l'histoire :

L'histoire de Savoie est encore très méconnue. Pourtant elle montre que la Savoie était et est avant tout Européenne.

http://www.regionsavoie.org/culture-et-medias/324-nantua-et-la-savoie.html

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:55

no-tav 0198 2560Un coût record  : estimation de 2012, par la cour des comptes sans les intérêts : 26 milliards d'euro, de quoi construire 500 hôpitaux ou 1000 collèges ; pour un service qui est loin d'être à la hauteur puisque celui ci, le report modal de la route vers le rails de 700 000 camions peut être fait par la ligne existante entre Lyon et Turin (lien arguments).

 

Après deux ans d'argumentation contre ce projet, les résultats sont positifs : de nouvelles personnes se sont emparées du dossier et sont très très actives, enchaînant conférences, réunions publiques et rendez vous avec les élus.

 

Pourtant, cela avait démarré très mal : il existait en France un consensus pour le Lyon Turin. Et tous parlaient d'une augmentation de trafic sans avoir regardé les vrai chiffres qui eux baissaient depuis 15 ans.

 

Le premier forum européen contre les projets inutiles à Bussoleno dans le val de Suse est passé inaperçu en France, alors que Suse est à quelques Km de la frontière. Et nous étions les seules à représenter l'opposition du coté de la Savoie (lien sur le premier forum contre les projets inutiles).

 

Sur ma propre famille politique, ce ne fut pas facile non plus : si localement j'étais soutenu, en haut lieu on faisait la sourde oreille. Ce fut un combat de 2 années pour qu'enfin EELV prenne une position officielle contre le Lyon Turin.

 

Tout d'abord, je tiens à remercier le travail de la voix des allobroges qui a été le seul média à proposer une information correcte sur les tenants et aboutisants de ce projet (lien).  L'appui de Noel Communod, conseiller régional EELV/MRS mais aussi président du Mouvement Région Savoie a été essentiel. Je souligne son courage, notamment lors de la manifestation du 3 décembre à Lyon. (lien sur la manif du 3 décembre à Lyon).

 

 

 

L'action du Mouvement région Savoie a été déterminante pour convaincre EELV du bien fondé de l'opposition à cette ligne. Rappelons que cette opposition est factuelle, basée sur des chiffres. C'est pour cela que Dominique Dord, député UMP d'Aix les Bains, ancien trésorier de l'UMP, qui etait auparavant un grand soutien du Lyon Turin est devenu aussi un opposant. (lien vers son blog qui explique ses motivations)

 

C'est aussi grâce au Mouvement région Savoie que les associations ont pu avoir les vrai chiffres : (Lien).

 

Localement, s'opposer au Lyon Turin, c'est aussi préserver mais surtout dynamiser la ligne historique actuelle qui est un atoût économique et culturelle pour le Sud du Bugey d'Ambérieu à Culoz.

 

Atoût économique car elle relie cette région avec l'Italie et la Suisse et culturel car elle rapproche le centre de Genève qui est une ville pour la culture de dimension internationale avec le sillon haut rhôdanien. 

 

C'est aussi préserver une infrastructure "mauriennaise". Un Lyon Turin ne déservira pas toutes les gares et même saint Jean de Maurienne est en sursit (si il faut gagner du temps entre Paris et Milan, la plupart des arrêts intérmédiaires seront supprimés à commencer par les plus petites gares ; et les plus petites sur le trajet sont Suse et Saint Jean de Maurienne).

 

La maintenance ne pourra pas à terme être faite sur deux infrastructures et la ligne historique disparaîtra avec son démantellement.

 

Au contraire de développer l'économie en Maurienne, le Lyon Turin risque d'achever son tissu économique qui est  agonisant et qui a besoin au contraire d'une revitalisation.

 

Pour finir, si l'europe accorde sa subvention à cette ligne, soit environ 4 milliards d'euro, c'est la somme qui est en moins dans la subvention de la PAC...ou celle qui n'existe plus pour le social...

 

 

 

 

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 18:21

Le réel progrès qu'il est possible de faire pour parvenir à la fois à plus d'équité mais aussi à plus de liberté serait d'instaurer un revenu pour tous sans condition. Financièrement, il est possible de l'instaurer sans changement majeur de notre société.

 

Le revenu de base est inconditionnel

Le revenu de base doit :

 

- Garantir l'existence et permettre la participation sociale

- Constituer un droit individuel

- Être versé sans avoir besoin de prouver un dénuement quelconque

- Ne pas impliquer l'obligation de travailler

 

Ce revenu pourrait permettre de vivre sans avoir recours ni à une rémunération dû à un travail, ni à une aide sociale quelconque. Voir vidéo :

 

Une pétition (initiative citoyenne européenne) est en cours pour que la mesure se mettent en place en Europe :
Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 10:42

La cérémonie du plateau des Glières rappelle le courage et la détermination qu'on eu les anciens à défendre nos libertés contre le fascisme. Le résultat a été l'adoption après la 2e guerre mondiale de toute une serie de mesures visant à mieux répartir les richesses, avec notamment la création de la sécurité sociale, de l'allocation retraite, de l'allocation chômage, de l'augmentation des congés payés et de l'indexation du coût de l'électricité sur le coût de la vie (c'est pourquoi aujourd'hui nous bénéficions d'une électricité très subventionnée).

 

Contrairement à idée reçue que le progrès technique améliore les conditions de vie générale, c'est la répartition des richesses qui elle seule, peut à la fois créer cette amélioration et créer une société plus écologique.

 

De nos jour, malgré une hausse spectaculaire de la productivité, et malgré une création de richesse très forte, nous assistons à un recul de notre cadre de vie. L'espérance de vie est même en train de diminuer.

 

La confiscation des richesses par une minorité a créé ce déséquilibre. Et seule une volonté forte permettra de rétablir un peu d'équité.

 

Comme les résistants d'aujourd'hui, les résistants d'hier ont dû surmonter la propagande et la mauvaise foi ambiante. En effet, dans les années 40, la France officielle était celle de Pétain. Aucuns média n'accordaient de légitimation au général de Gaulle, qui était vu alors comme un ennemi. Les résistants étaient  vu alors comme des terroristes et traités comme telle dans les média (ceux ci pour leur lâcheté, on été purement nationalisé à la libération).

 

Les résistants d'aujourd'hui, comme ceux d'hier sont mis à l'écart. Au mieux, ignorés des média. Nous prendrons comme exemple la candidature pour  les jeux olympiques d'Annecy 2018. Aucuns média nationaux, alors qu'ils avaient fait des dizaines d'articles sur les JO d'Annecy, n'ont traité l'opposition locale aux jeux, ni même mentionné. Pourtant, c'est cette opposition qui a permis d'avoir la note la plus minable pour une candidature. Aucuns média n'a montré la joie des Annéciens sur le pâquier lors de l'annonce qui disait qu'Annecy n'aurait pas les jeux.

 

Cette occultation s'est vérifiée à peu près partout : aucuns média nationnaux n'a relayé la manifestation populaire contre l'aéroport Notre Dames Des Landes, aucuns média français n'ont relayé la manifestation du 25 février à Suse (qui est à 15 km à vol d'oiseau de la frontière française et concerne un projet franco-italien) qui s'est déroulé pacifiquement contre le Lyon Turin.

 

En Grèce, les média ont très peu parlé de ce qui a réellement causé la faillite de ce pays : les jeux olympiques (qui avec les intérets ont été payé plusieurs fois), l'achat d'avions de chasse et de sous marins, et de toute une série d'infrastructures inutiles et nuisibles pour ce pays.  C'est pourquoi les grecs ne veulent plus de l'argent de l' Europe (pas de l'argent donné, mais prêté, avec des taux d'intérêts), argent qui ne sert qu'à investir dans des projets nuisibles pour l'environnement et le peuple grec et qu'à enrichir une minorité d'oligarques d'affaire et du BTP.

 

En saluant les résistants d'hier, nous saluons tous ceux qui par leur courage, font évoluer la société pour une meilleurs répartition des richesses et luttent pour une amélioration et la non-détérioration de notre cadre de vie.

Nous saluons ainsi, le comité anti olympique d'Annecy et d'ailleurs, l'ACIPA qui lutte contre l'aéroport notre dames des landes, les No Tav de la vallée de Suse, le mouvement Stuttgart 21 en Allemagne, les mouvements de sauvegarde du service publique et notamment des hôpitaux publiques (dont je fais parti), ceux qui luttent contre les forages d'hydrocarbures et de gaz de schiste, ceux qui luttent contre le nucléaire, les Grecs et les Islandais (qui ont gagné), ceux qui luttent contre l'OL Land à Lyon, et tous ceux d'ailleurs.

 

no-tav 0352 2714

   

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 11:12

EELV-01_petit.jpgAprès les cantonales de 2011 où je m'était engagé en tant que candidat pour le canton de Seyssel, je me réengage pour ces prochaines législatives de juin 2012 en tant que suppléant aux côtés de Christine Franquet dans la 3e circonscription de l'Ain.

Ce choix a été fait pour donner une chance à la gauche de remporter ces élections. En effet, la seule candidate de gauche à être dans le pays de Gex est Christine Franquet qui est aussi 1ère adjointe de Ferney Voltaire : http://christinefranquet.eelv-legislatives.fr/.

L'enjeu de cette élection se fera dans le pays de Gex qui totalise les 2/3 des électeurs. Le 1/3 restant se partage entre les cantons de Seyssel, Belley et Bellegarde.  Les problèmatiques vont être des problèmatiques transfrontalières avec le canton de Genève. EELV n'a pas une vision jacobiniste de l'état et est à même de repondre aux attentes des Gessiens plus axés sur Genève que sur Paris.

 

D'autre part, après une première crise en 2008/09 qui a montré les fragilités du système, je ne crois ni au retour de la croissance prônée par l'UMP et le PS, ni au méthodes des uns et des autres pour relever la tête économiquement que ce soit l'austérité de l'UMP  ou le keynesianisme du PS.

Nous sommes en crise économiquement mais aussi écologiquement. Les ressources se faisant de plus en plus rares, il faut sortir  de ce double paradoxe où il faut vendre donc produire de plus en plus pour avoir une croissance mais trouver des matières premières est de plus en plus difficile : les stocks sont bientôt épuisés.

 

En prenant un peu de recul, nous nous apercevons que nous n'avons jamais été aussi riche que maintenant. La productivité n'a jamais été aussi haute (elle a doublé en 30 ans). Est ce que nos conditions de vie se sont améliorées? Cela devrait être le cas. Pourtant, nous sommes dans une phase descendante. L'espérance de vie qui était en constante progression diminue. Le nombre de cancers et de maladies dûs à la malbouffe a explosé. Chaque famille est touchée. Le bonheur même est devenu une denrée rare : il suffit de constater le nombre de suicide, et la consommation d'anxiolytique en constante augmentation.

 

Notre futur, si il est  conditionné par une croissance est condamné. Prisonnier de leurs dogmes, les politiques alterneront entre des phases keynesiennes, à faire des travaux qui ne servent à rien, et des phases d'austérités de plus en plus dures. Avec comme facteur commun une répression policière de plus en plus dure, en réponse  à la difficulté de vivre.

 

Mon engagement politique est donc de proposer des solutions qui feront que vous, puis vos enfants, nous puissions ensemble construire à partir d'aujourd'hui le monde de demain et d'affronter sereinement les défis des générations futures.

  DSC 0328

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 15:38

Les scores de la dernière présidentielle ont mis en lumière l'avancée inquiétante de l'extrême droite et le retour d'une xénophobie qui semblait avoir disparue.

 

La politique de l'immigration de l'UMP et la stigmatisation des musulmans fait par un gouvernement en place a contribué à légitimer la xénophobie et la peur de l'autre comme un élément structurant la société. Du coup, le vote extrême droite devenait logique pour une partie des électeurs.

 

Pour lutter contre la xénophobie, je pense qu'un travail de fond doit se faire.

Quand on regarde les résultats, on voit que la xénophobie apparaît quand une population (ceux qui vient extrême droite) est loin d'avoir confiance en elle. Donc, c'est une population qui a peur de l'altérité.

 

Quand on regarde la population issue de l'immigration, contrairement à l'image qu'en donne les média, c'est une population totalement "intégrée" à notre société . Qui consomment, s'endettent..ne pose en général, pas de problème. Le besoin de voir une différence en crée une. Et c'est sur des aspects qui n'ont rien à voir avec "l'intégration" que cette différence va se faire : c'est souvent sur la couleur de la peau et la religion.

 

Le besoin de séparer en deux un seul peuple sur des critères irrationnels révèle d'un manque d'identité et de connaissances de soi, donc de créer une identité qui n'existait pas avant et ainsi de la légitimer grâce au rejet de l'altérité.

 

D'où la création du ministère de l'identité créé sous le gouvernement UMP. Le mot "identité" est quasi devenu synonyme de "raciste". Surtout dans le parti prit qu' une identité ne tolère pas d'autres identités.

 

Même si le dernier gouvernement a été un des grands promoteur de cette identité, cela a été une construction de l'Histoire de France surtout au 18, 19 et 20e siècle.

 

Rappelons quand même que malgré les philosophes, la France est une des nations les plus esclavagiste du 18e siècle et que le sort réservé à l'Afrique de l'ouest au 19 et 20e siècle n'est pas enviable. L'identité française  s'est créée par une volonté ethnocentriste d'imposer sa volonté aux autres.

 

De plus, la république, sous la volonté d'unir les peuples a détruit tout particularisme. Cette destruction s'est justifiée de n'avoir qu'une seule langue pour se comprendre et donc une meilleure tolérance avec "l'étranger".

 

Ainsi, l'étranger s'éloignait de la frontière de la province pour aller à la frontière de l'état.  Par ce système, on a créé une véritable puissance économique et militaire au service de l'oligarchie dominante.

 

Cette uniformisation des peuples a surtout été une hiérarchisation des peuples : Au centre la capitale, puis les provinces de la métropole; ensuite, les colonies des plus anciennes aux plus récentes, avec une hiérarchisation des peuples soumis à l'autorité française.

 

Un des grands artisans de cette France a été Jules Ferry qui tout en approuvant la colonisation et l'impérialisme Français a instauré l'école obligatoire. Ce qui n'était pas contradictoire. En effet, tous se devaient d'apprendre la langue et l'histoire du vainqueur et d'oublier la sienne (châtiments corporels si on parlait une autre langue à l'école). Ainsi, une grande partie de la population qui était biligue ou trilingue, est devenue "mono-lingue".

 

Les petits savoyards ont dû apprendre l'histoire de France depuis les origines alors qu'ils étaient français que depuis 20 ans. Et que dire du nombre de  Camerounais qui ont appris "nos ancêtres les gaulois".

 

D'où la construction d'une identité française impérialisante basée sur la hiérarchisation des peuples. On se devait de devenir comme le modèle "français" en effaçant tous ce qui faisait notre différence. La différence devint alors illégale. Aucune autre histoire est tolérée, aucune autre langue, aucune autre pensée. Évidemment, la mode vestimentaire doit venir de la capitale et l'apparence doit être dictée aussi par l'oligarchie dominante.

 

De là, vient la suite logique : s'attaquer aux dernières différences : la couleur de peau. Et l'argument qui va avec : la religion pour légitimer l'attaque.

 

D'où la création de deux identités opposables, l'une légitime et l'autre non. Comme le fait qu'on porte sur soit ce qui peut renverser le bloc monolithique de l'impérialisme français. Et la peur, la même a poussé un peuple à aller massacrer un autre peuple en 1914.

 

Ma réponse au combat que je mène contre la xénophobie est justement de récréer cette diversité de peuple, de favoriser les langues régionales pour que se développe le multi-linguisme (plus on connaît de langues, plus c'est facile d'en apprendre de nouvelles). C'est aussi d'apprendre l'histoire dite injustement "régionale" (ce  terme induit une infériorité par rapport à l'Histoire nationale alors qu'elle n'est en rien inférieur). C'est accepter ses racines pour avoir confiance en soi mais pour pouvoir accepter l'altérité. Et de ce fait, voir l'altérité non comme un élément opposable mais comme un élément complémentaire.

 

Cette vision complémentaire de l'autre est aussi une réalité qui construit notre identité .L'autre nous enrichit.

 

 montagne 0026 750

 

les vices et les vertus XV e siècle (italie)

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 12:56

eelv-0006_5727.JPGLe 6 avril a eu lieu une manifestation organisé par le syndicat mixte du Bugey pour le retour de l'arrêt du TGV a Culoz.

 

 La ligne historique Ambérieu-Modane se trouve actuellement être l'axe de développement économique du bas Bugey surtout pour la partie Ambérieu-Culoz. Cette ligne ainsi que son antenne en direction de Genève est un atout pour la syndicat mixte. Dans la perspective de construction de nouvelles liaisons ferroviaires, celle-ci se trouve menacée.

 

Pourtant de nombreux projets de développement peuvent s'entrevoir dans la perspective d'un développement durable notamment en privilégiant l'intermodalité entre différents types de transports. Par exemple, du fait de sa proximité avec le Rhône, entre le ferroviaire et le fluviale, même si le Rhône nécessite quelques aménagements pour être navigable dans le sud de l'Ain.  

 

Communiqué de presse EELV 

pour la manifestation du 6 avril à Culoz

 

 

Le 6 avril se tiendra à Culoz une manifestation organisée par le syndicat mixte du Bugey demandant le rétablissement de l'arrêt TGV à la gare de Culoz.

 

L’arrêt TGV a été supprimé suite à la réouverture de la ligne directe Paris-Genève dite « ligne des Carpates ». Nous craignons pour l'avenir non seulement de la gare de Culoz mais aussi de la « ligne historique » Ambérieu-Culoz-Chambéry.

 

Cet avenir sera compromis davantage par le projet de ligne mixte LGV/fret entre Lyon et Chambéry (phase A du Lyon-Turin). La majeur partie de la population empruntant les TER et trains corails sur la ligne historique provient de Aix-les-Bains, Chambéry et Lyon. La LGV Lyon-Chambéry, qui va faire gagner 10 minutes sur le trajet, sera aussi utilisée comme un TER rapide et faire baisser la fréquentation de la ligne historique.

 

Les projets annoncés d’ouverture à la concurrence du trafic voyageurs, voire de privatisation, mettront en péril les lignes secondaires « non rentables ». Ce sera le cas de la ligne historique si elle ne dessert plus que les gares de Culoz, Virieu-le-Grand, Saint-Rambert et Chindrieux. La suite prévisible sera la diminution de la fréquence des TER et des trains corails sur cette ligne.

 

Par ailleurs, une grande partie du fret partira sur la nouvelle ligne du Lyon-Turin. La ligne historique et son antenne Culoz-Bellegarde sont donc vouées à la fermeture. Ceci serait conforme à la logique des assises du ferroviaire qui se sont déroulées l’automne dernier, et ont annoncé la fermeture de plus de 11 000 km de voies ferrées, soit un tiers du réseau ferroviaire français.

 

Europe Ecologie Les Verts souhaite le maintien d’un service public de qualité, avec la priorité mise sur le maintien et le développement des dessertes locales pour les déplacements quotidiens plutôt que sur les lignes à grande vitesse.

 

EELV appelle à manifester le 6 avril à Culoz à 18h non pas pour l'arrêt TGV mais pour le maintien de la gare de Culoz, de ses emplois, de son activité économique liée au rail et pour la sauvegarde de la ligne historique comme un élément de désenclavement du Bas Bugey.

 

 

Fait à Belley le 5 avril 2012

Le groupe local Europe Ecologie Les Verts

 

 

eelv-0007_5728.JPG

   lors de la manifestation de Culoz 

 

eelv-0030_5751.JPG

 Le discours du maire de Belley très apprécié  

 

eelv-0014_5735.JPG

EELV présent a la manifestation

 

 

Repost 0
Published by emmanuelcoux.over-blog.com - dans politique
commenter cet article